MARUSHO

De WikiDneprUral.

par PhiZo

MARUSHO - LILAC

On le sait, le démarrage de la florissante industrie motocycliste nippone est issu de copies de machines européennes. Voici l'exemple d'une tentative peu connue...

Logo LILAC.GIF

La marque MARUSHO est avant tout l'oeuvre de Masashi Ito né en 1922.

Après avoir avoir travaillé pour Honda dans sa jeunesse, puis exercé ses talents à son propre compte à la "Marusho Car Repair Shop" qui effectue de la sous-traitance pour Toyota et Nissan, l'entreprise produit sa première motocyclette en 1950.

Il s'agit d'une copie de Zündapp d'avant-guerre, et presque tous les modèles suivants de la marque conserveront et verront évoluer la transmission par cardan.

Copie de Zündapp
xpx
xpx
A gauche, la Zündapp KK200, modèle probable des Marusho LB des années 50. Les moteurs sont des monocylindres 4 temps à soupapes latérales.
Avec l'aimable autorisation de Ralph http://www.marusholilac.com/

Pendant les années suivantes, plus d'une trentaine de modèles différents, de petites cylindrées (de 90cm3 à 350 cm3) seront fabriqués sous la marque LILAC (Car le lilas est la fleur favorite de Mme Masashi - c'est joli !) et la marque s'octroiera même quelques succès dans des compétitions nationales.

La plupart des modèles seront développés "maison" avec parfois une copie de modèle européen.

Entre autres modèles, de 1959 à 1963, Marusho produit un clone de la Victoria Bergmeister Allemande (bicylindres en V2 de 350 cm3) qui rencontre un certain succès.

Copie de Victoria
xpx
xpx
VICTORIA "Bergmeister" attelée
Zophi - Coupes Moto-Légende 2003
La LILAC LS18 de 1961, famille lointaine...
Avec l'aimable autorisation de Peter http://www.classic-motorrad.de/japan_story.htm

Hélas trop ! De bêtes problèmes de trésorerie dus à des investissements malheureux (destinés à améliorer la capacité de production), et de rupture de contrat par les distributeurs, vont venir perturber cette belle industrie.

L'entreprise, endettée et incapable d'écouler sa production sur le marché local, tâte de l'exportation vers les Etats-Unis, mais au bout de quelques centaines de modèles vendus elle fait faillite.

Et en 1961 tout est fini !!!!

Mais non !!!!! je plaisante !!!

En 1964, après avoir vivoté un peu comme sous-traitant tout en commençant à rembourser ses dettes l'entreprise renaît avec une nouvelle ligne de conduite : tout pour l'exportation !!! et basée sur un modèle de forte cylindrée.

Lequel ? Un hybride ! On renforce les cadres des anciens modèles pour supporter la puissance et le poids accru, on conserve la transmission par cardan (pour laquelle, depuis le temps, MARUSHO possède la technique sans avoir besoin de copier) et on y greffe le moteur de la BMW R50/2 !!!


px

Une superbe MARUSHO 500 de 1966... inspirée par la BMW R50/2 !!!
http://home.att.net/~jeff.dean/asian.htm Photo copyright © Greg Holliday

En fait pour ne pas être accusé de plagiat, tout un tas de modifications subtiles (allumage, embrayage, alternateur, etc...) sont apportées au modèle original.

Les modèles exportés aux Etats-Unis portent le nom de MARUSHO, les autres (Australie - et même l'Europe - mais pas la France) conservent le label LILAC.


px

MARUSHO Electra (avec démarreur) de 1967
un excellent modèle, chant du cygne de la marque - seulement 124 exemplaires furent fabriqués.
Avec l'aimable autorisation de John http://w3.gorge.net/stanco/vintage/Marushox.html

Quelques centaines de machines vont ainsi être produites, mais des problèmes commerciaux (désaccord avec les distributeurs) vont une fois de plus amener sa perte. Cette fois-ci c'est irrémédiable et la fermeture définitive intervient en 1967.

Liens

Un très bon site (en anglais), que Ralph m'a gentiment autorisé à utiliser pour écrire cette page : http://www.marusholilac.com/

Etoile.gifEtoile.gifEtoile.gifEtoile.gifEtoile.gifEtoile.gifEtoile.gifEtoile.gifEtoile.gifEtoile.gifEtoile.gifEtoile.gifEtoile.gifEtoile.gifEtoile.gifEtoile.gif